Nouvelle Recherche :
Nous vous suggérons :

Produits et services

Les articles

Offres

Comptabilité : multiplication des fraudes en entreprise

Fraude dans la comptabilité d'entreprise  

Fausses factures, résultats financiers truqués, cybercriminalité… Les fraudes se multiplient dans les entreprises. Selon une étude du cabinet PwC, en 2013, 55 % des entreprises françaises ont décelé de la fraude… contre 29 % en 2009 ! Il faut dire que les dispositifs de détection sont de plus en plus efficaces.

 

62 % des fraudes identifiées en France 2013 l’ont été grâce à un dispositif de détection et de contrôle : audit interne (12 %), évaluation des risques (11 %), identification de transactions inhabituelles (25 %), politique de sécurité interne (5 %), rotation du personnel de l'entreprise (2 %).

Notons que si les grandes entreprises sont les mieux armées en matière de détection de fraude, l’écart tend à se réduire.

Détournement d’actif, cybercriminalité et fraude aux achats

Si le détournement d’actif est toujours la fraude comptable la plus signalée en France (61 %), la cybercriminalité se répand (28 %) et suscite la crainte des entreprises. Hors attaques extérieures, 35 % des cyber-attaques proviennent d’employés en poste, 27 % d’anciens salariés et 21 % de prestataires de service actuels.

La fraude aux achats, qui consiste en la publication de faux appels d'offres ou d’appels d’offres biaisés visant à surfacturer les prestations rendues, représente 22 % des signalements.

Particularité française, la fraude au Président se développe rapidement (10 % des fraudes détectées). Simple à mettre en place, elle implique que le fraudeur se fasse passer pour le Président d’une entreprise et contacte le comptable de cette même société afin qu’il fasse un virement à l’étranger pour financer une acquisition confidentielle. Certains cas ayant coûté plus de 10 millions d’euros ont été signalés.

60 % des fraudes sont commises par un collaborateur !

6 fraudes sur 10 viennent de l’intérieur même de l’entreprise. Âgé de plus de 40 ans, présent dans la société depuis plusieurs années, le « collaborateur-fraudeur » est difficile à détecter car il a souvent gagné la confiance de sa direction. Cela dit, quand il est pris la main dans le sac, les sanctions sont sévères : licenciement (86 % des cas), action au pénal (61 %) et actions civiles (36 %).

1 entreprise française sur 3 a subi une fraude de plus de 100 000 dollars (73 000 €)

Si le coût financier d’une fraude n’est jamais négligeable, d’autres dommages sont en général à déplorer : baisse de moral et de motivation du personnel, altération de la réputation de l’entreprise, érosion des relations commerciale…

Mauvaise nouvelle pour les enteprises : tous les secteurs d’activités sont atteints. Les services financiers  détectent principalement des fraudes externes tandis que l’aérospatial et la défense ainsi que l’automobile sont davantage touchés par les fraudes externes. La distribution, les télécoms et l’hôtellerie-tourisme sont également très concernés.

 

L’étude « Global Economic Crime Survey 2014 » a été publiée par le cabinet PricewaterhouseCoopers (PwC). 5 128 entreprises réparties dans 95 pays ont répondu au questionnaire entre septembre et octobre 2013.

 

Pour aller plus loin sur le sujet, consultez notre guide pratique de la comptabilité externalisée.

Commencez votre demande de devis en Comptabilité externalisée/ expert comptable
Donnez votre avis sur cette actualité