Nouvelle Recherche :
Nous vous suggérons :

Produits et services

Les articles

Offres

Le contrôle d’accès, 1er levier de la sécurité

Avec des professionnels toujours plus diversifiés et plus mobiles, dans l’espace comme dans leur vie active, la gestion des flux en entreprise devient un enjeu extrêmement complexe. La problématique du contrôle d’accès ne se limite plus à la volonté d’assurer la sécurité des locaux et bureaux en faisant barrage aux intrusions de malfaiteurs : il faut désormais être en mesure de savoir qui est entré où, à quel moment. La gestion des privilèges doit aussi permettre au collaborateur A d’accéder à un local 1 auquel le collaborateur B n’aura jamais accès, et vice-versa. Parfois pour des centaines de salariés et des dizaines de bureaux. Et toutes les entreprises ne sont pas comme le Fort Boyard, avec leur Passepartout qui court dans les allées pour permettre à qui de droit d’entrer là où il peut aller. Les technologies des dispositifs de contrôle d’accès ont depuis sensiblement évolué et de multiples solutions sont disponibles, bien plus pratiques.

Comprendre et prévoir le fonctionnement d’un système de contrôles d’accès est indispensable pour bien choisir les techniques qui s’adaptent le mieux aux besoins du client. Mais que faut-il savoir ? Avant de présenter nos conseils pour bien faire son choix, il faut s’interroger sur les raisons précises de l’installation des contrôles d’accès dans une entreprise et jeter un œil sur le marché pour étudier plus en détail les différents dispositifs disponibles, leurs tarifs, leurs avantages et leurs inconvénients.

Le contrôle d’accès : élément incontournable des stratégies de sécurité des entreprises

Les dispositifs de contrôle d’accès représentent un rouage essentiel dans la protection des collaborateurs et dans la préservation des biens et des outils de leur production, ainsi que dans la protection des données sensibles et notamment la propriété intellectuelle.

Mais de quoi sont composés ces systèmes de contrôle ? Quelles sont leurs caractéristiques spécifiques ? Comment concrètement se passe l’identification des personnes qui se trouvent à l’accès d’un bâtiment ? Et, finalement, quelles sont les démarches administratives particulières à prévoir avant d’installer ce type de dispositifs ?

Articulation du système de contrôle d’accès et habilitations de gestion

Un système de sécurité réglant l’entrée et la sortie des locaux s’articule autour de certains éléments qui sont indispensables :

–       Un logiciel permettant la gestion des habilitations de chaque accédant,

–       Un support d’identification de la personne qui accède (badge, biométrie, téléphone, plaque minéralogique, etc.),

–       Des terminaux d’identification ou des serrures autonomes,

–       Des équipements pour la gestion de l’accès physique aux bâtiments (par ex. des obstacles piétons, des barrières, des ventouses, etc.).

Habilitations gérées par le système de contrôle

Les dispositifs de contrôle d’accèslient l’entrée et la sortie aux locaux à des habilitations, dont les critères peuvent être parfois très différents.

Il s’agit de privilèges d’accès dépendant de plusieurs paramètres :

–       La population : personnel de l’entreprise, fournisseurs, prestataires, simples visiteurs,

–       La géographie : zones, locaux, bâtiments,

–       La typologie d’accédant : personnes ou véhicules,

–       Le temps : période de l’année, jour, plage horaire, etc.,

–       Les interdictions particulières (accès sous contrainte, respect d’un itinéraire, etc.).

Les démarches administratives

Tout système de contrôle d’accès est encadré par un ensemble de normes.

La première obligation pour la direction de l’entreprise est l’information de tous les salariés individuellement et via leurs représentants.

Le système ne doit plus faire l’objet d’une déclaration à la CNIL depuis le 25 mai 2018, et, dans le cas de lecture biométrique, il faut plus non plus que la direction effectue une déclaration spécifique à la CNIL.

L’organisme peut pour autant toujours être saisi en cas d’infraction présumée et les données d’accès ne peuvent être conservées que 3 mois ou 5 ans dans certains cas.

L’identification de l’accédant et la gestion de l’accès physique

Plusieurs manières d’attester l’autorisation d’accès, correspondant à plusieurs technologies sont envisageables :

- Le lecteur de badge,

- Le lecteur biométrique,

- Le clavier à code,

- Le portier audio et/ou vidéo,

- Le cylindre électronique.

Des obstacles complètent les systèmes de sécurisation de l’accès physique aux locaux : couloirs rapides, tambours, portillons PMR, tripodes etc.

Ainsi, il devient plus facile contrôler l’unicité des passages et savoir combien de personnes se trouvent dans les diverses zones à un moment donné. Cela permet d’évacuer les locaux en sécurité, le cas échéant.

Contrôle d’accès

Caractéristiques, tarifs, avantages et inconvénients des divers dispositifs de contrôle d’accès

Dans le détail, comment fonctionnent ces différents systèmes ? Quels sont les avantages inhérents et leurs inconvénients respectifs ? Et surtout, quels sont leurs prix ?

Le lecteur de badge

Avec ce type de contrôle d’accès, un badge est fourni à chaque salarié ou visiteur légitime. En approchant le badge à la borne, le lecteur détecte le badge individualisé et autorise l’accès

Ce type de lecteur est capable de mémoriser les événements : enregistrement des badges, des horaires non autorisés etc. Dans ces cas-là, les personnes dont les badges sont contrôlés doivent en être informées préalablement.

Un des avantages de ce système est sa simplicité d’utilisation et de paramétrage : un nouveau badge, un nouveau privilège, une suppression se font en quelques clics.

Aussi, un portier à badge peut être associé à un deuxième ou un troisième niveau de sécurité, en soumettant l’utilisateur également à un contrôle biométrique et à la saisie d’un code.

Les prix varient d’une trentaine à plusieurs centaines d’euros.

Lecteur biométrique

Ce type de contrôle d’accès s’appuie sur la biométrie, qui est l’analyse d’un ou plusieurs caractères physiques uniques de chaque individu. Les empreintes digitales en sont un exemple, l’empreinte rétinienne un autre.

Le fonctionnement de ces lecteurs est plutôt simple : la personne soumet son doigt (un ou plusieurs selon les technologies) ou son œil à l’analyse lors de l’entrée et dès que l’empreinte digitale est reconnue, l’accès est autorisé.

Si les lecteurs d’empreintes digitales se répandent rapidement, les lecteurs rétiniens restent encore peu utilisés pour les accès à des bâtiments.

L’avantage principal est une identification quasiment infalsifiable, l’inconvénient étant de nécessiter une fiabilité absolument parfaite pour ne pas empêcher les accès légitimes.

Les premiers prix d’un portier à capteur d’empreinte digitale se situent à moins d’une quarantaine d’euros.

Clavier à code et cylindre électronique

En tapant un code sur un clavier à code, autrement appelé « Digicode ® », chaque utilisateur franchit le contrôle d’accès. La personnalisation des codes et des privilèges sur un même clavier est possible dans une certaine mesure.

Un autre type de système de contrôle est représenté par le cylindre électronique, installé dans les serrures et programmé pour autoriser l’entrée et la sortie des individus munis d’un émetteur individualisé.

Ces technologies ont l’avantage de la simplicité et pour les claviers à code ou cylindre électroniques, celui de pouvoir n’être installé que sur une seule porte.

Un autre avantage est le prix : à peine quelques dizaines d’euros. Encore faut-il ne pas avoir plus d’une dizaine de portes à équiper…

Portier audio/vidéo

Le portier audio et/ou vidéo, à la différence des systèmes précédents, permet une gestion centralisée de l’ouverture d’un grand nombre d’accès.

Dans  le langage courant, il sera appelé interphone ou visiophone s’il permet de dialoguer avec la personne souhaitant accéder à l’immeuble ou s’il permet également le voir cette personne.

Le portier audio vidéo sera plus adapté à une installation sur un immeuble. De plus, certains portiers sont connectés, permettant une ouverture à distance depuis son téléphone portable.

L’installation est parfois compliquée, mais les systèmes sans fil atténuent cet inconvénient.

Le prix peut être élevé, jusqu’à plus de 600 euros pour un système complet de portier vidéo.

Comment choisir son système de contrôle d’accès

Cette grande variété de systèmes a un inconvénient incontestable : celui de rendre le choix du meilleur système significativement plus complexe.

Quels sont les critères plus importants à suivre pour bien s’orienter dans le choix le plus approprié à ses besoins ? L’installation est-elle simple et économique ou bien faut-il prévoir des coûts considérables ? Quelles sont les entreprises qui fournissent ce genre d’appareils ? Où trouver des informations sur les coûts et les tarifs de dispositifs spécifiques de contrôles d’accès ?

Une bonne stratégie pour commencer : contacterdes experts pour choisir le fournisseur plus fiable sur la longue durée

Etant donné la variété technologique présente sur le marché, un premier conseil est de consulter des sites spécialisés sur les systèmes de contrôle et, dans un deuxième temps, de consulter directement des experts du secteur.

En effet, pour construire une solution d’ensemble cohérente et adaptée à ses propres besoins et plus généralement aux nécessités de l’entreprise, il est nécessaire se faire accompagner par un professionnel.

Cette pratique est judicieuse parce qu’un expert du secteur non seulement peut planifier les coûts d’installation de système de contrôle d’accès, mais il peut aussi prévoir les coûts de la maintenance successive à l’installation. Il ne faut jamais oublier qu’un système de contrôle de ce type met en œuvre en même temps des moyens informatiques, des périphériques, du câblage etc.

Il faut donc s’assurer que le prestataire soit fiable et que son activité soit depuis longtemps établie, car la durée de vie d’un système de ce genre se mesure en années. Le fournisseur devra être en mesure de faire évoluer des technologies, des éléments matériaux, des équipements, et d’assurer leur maintenance sur la durée.

Pour être mis gratuitement en relation avec des professionnels qualifiés, remplissez dès à présent, sans engagement, une demande de devis en contrôle d’accès.

Comment prévoir les coûts d’installation

Pour installer un système de contrôle d’accès, il faut évidemment évaluer et prévoir les coûts. Cela implique une certaine attention à plusieurs paramètres. D’abord, il est nécessaire mener une analyse attentive des lieux et de leurs besoins de sécurisation.

Ensuite, la deuxième chose à prévoir est un calcul plus ou moins précis du trafic de personnes qui transiteront dans les lieux à protéger.

Calculer les coûts de l’installation dépend aussi de la gamme choisie et du nombre de point de contrôles de l’accès. Des sociétés de sécurité en contrôle d’accès proposent des forfaits comprenant l’ensemble des prestations – achat matériels, installation, maintenance – et proposent des devis gratuits que vous pouvez obtenir en un clic.

D’autres fournisseurs proposent des prix qui oscillent entre 1 000 et 2 000 euros pour l’installation du contrôle d’accès, selon le nombre de points de contrôles choisis.

Commencez votre demande de devis en Sécurité électronique
Donnez votre avis sur ce guide