Nouvelle Recherche :
Nous vous suggérons :

Produits et services

Les articles

Offres

Les pièges à éviter lors d’une reprise d’entreprise

Si la reprise d’une entreprise semble moins risquée que la création ex nihilo d’une activité, il n’en reste pas moins vrai qu’un certain nombre d’erreurs et de risques existent.

 

Les pièges de la reprise d'entreprise

 

Les pièges liés au repreneur

Ils sont fréquemment le fruit d’une mauvaise préparation du projet personnel.

  • Ne pas avoir le goût du risque

Toute activité libérale suppose d’avoir un certain goût pour les challenges, les défis. La reprise d’une entreprise, qui se porte pourtant bien d’un point de vue financier, en va de la même manière. Il s’agit d’être suffisamment déterminé pour mener à bien l’activité.

  • Souhaiter tout contrôler, seul.

L’erreur à commettre ici est de vouloir être « trop » indépendant : vous aurez nécessairement besoin de faire appel à une banque, un comptable, un conseiller financier.

  • Manquer d’autorité.

Reprendre une entreprise suppose de facto que vous serez le patron, celui qui donne les grandes directions à l’entreprise, qui dirige les hommes. Cela requiert  de savoir faire preuve d’autorité, d’installer un leadership.

  • Croire que la reprise n’est pas une opération coûteuse.

Erreur, car si elle permet de prendre en marche une société qui fonctionne bien, cela demandera de la trésorerie et des investissements réguliers.

  • Ne pas être épaulé pour la levée de fonds.

Vous ne pourrez pas obtenir un crédit de la part d’une banque par exemple sans avoir de fonds propre sinon le soutien d’un partenaire financier.

 

Les pièges liés à l’entreprise

  • Courir deux lièvres à la fois.

Attention, lorsqu’on s’attaque à la reprise d’une entreprise, il vaut mieux mener à bien un projet d’étude à la fois, au risque de ne pas être assez rigoureux dans les phases de préparation.

  • Bâcler le diagnostic financier de l’entreprise cible.

Prenez le temps de tout passer au crible : actifs, passifs, dettes, créances… car ne s’attacher qu’au seul CA par exemple est un indicateur économique insuffisant.

  • Produire une analyse incomplète de l’environnement de l’entreprise

Ne pas connaître suffisamment les produits ou services, la concurrence en place, la typologie des clients…

  • Mener une mauvaise étude de marché

Vous devez prendre le temps de connaître l’état de santé du marché de l’entreprise, son potentiel de développement…bref, prendre le temps de mener une étude la plus complète possible.

 

Le parcours du repreneur est semé d’embûches, c’est pourquoi le maître-mot est de bien prendre le temps de préparer, d’analyser, de réfléchir le projet.

Commencez votre demande de devis en Cession, transmission entreprise
Donnez votre avis sur ce guide