Nouvelle Recherche :
Nous vous suggérons :

Produits et services

Les articles

Offres

ARE ou ARCE : quelle aide à la création d’entreprise ?

 aide création entreprise  

Avec l’ARE, le créateur d’entreprise continue de toucher ses allocations chômage chaque mois. S’il choisit l’ARCE, le bénéficiaire renonce à une partie de ses droits restant dû, mais en contrepartie, il touche le reste en seulement deux versements, dont un dès le début de son activité.

 Pôle Emploi offre une aide financière aux demandeurs d’emploi bénéficiant d’une indemnité chômage et souhaitant créer leur entreprise. Cette aide existe sous deux formes, entre lesquelles le bénéficiaire doit choisir :

  • l’ARE : maintien des allocations chômage mensuelles après le lancement de l’entreprise
  • l’ACRE : versement, en deux fois, d’un capital équivalent à 45 % des droits restants dus

 

L’ARE : les indemnités chômage du créateur d’entreprise

L’allocation d’aide au retour à l’emploi (ARE) est le maintien des allocations chômage après la création d’une entreprise. L’entrepreneur peut en bénéficier pendant 15 mois au maximum. La durée correspond sinon au nombre de mois d’allocations restants.

Le bénéficiaire reste inscrit comme demandeur d’emploi tant qu’il bénéficié de l’ARE. L’actualisation mensuelle de situation auprès de Pôle emploi demeure donc obligatoire.

Les éventuelles premières rémunérations liées à l’activité de la nouvelle entreprise seront prises en compte pour le calcul des mensualités de l’ARE.

 

L’ARCE : un coup de pouce aux investissements de départ

L’aide à la reprise ou à la création d’entreprise abandonne le système de versements mensuels de l’ARE au profit d’un versement de capital en 2 fois :

  • premier versement : à la création de l’entreprise
  • deuxième versement : 6 mois après la création de l’entreprise

Au total, le montant de l’ARCE représente 45 % des droits restants dus auxquels l’allocataire peut prétendre au jour de la création ou de la reprise de l’entreprise (ou au jour de l’obtention de l’ARCE si cette date est postérieure).

Pour bénéficier de l’ARCE, le créateur d’entreprise doit déjà avoir obtenu l’ACCRE (Aide aux Chômeurs Créateurs ou Repreneurs d'Entreprise).

A la différence de l’ARE, le bénéficiaire de l’ARCE n’est plus inscrit sur la liste des demandeurs d’emploi et ses revenus d’entrepreneur n’ont aucune influence sur le montant de l’allocation perçue.

 

Quelques conseils pour choisir

  • La future entreprise nécessite-t-elle un investissement financier de départ conséquent ? Le cas échéant, les fonds de l’ARCE, mis à disposition dès la création, sont particulièrement adaptés.
  • Quelle est la différence du total d’argent versé dans les deux scénarios ? Le calcul mérite d’être effectué.
  • Quel est le régime fiscal de la nouvelle entreprise ? Si les bénéfices comptent pour de la rémunération, le montant des allocations de l’ARE s’en trouveraient affectés.
  • Votre motivation et votre engagement dans votre projet entrepreneurial seront-ils émoussés par l’assurance de toucher les allocations mensuelles de l’ARE ? Il vaut parfois mieux limiter les filets de sécurité au strict minimum pour se forcer à aller de l’avant !

 

Commencez votre demande de devis en Comptabilité externalisée/ expert comptable
Donnez votre avis sur cette actualité