Nouvelle Recherche :
Nous vous suggérons :

Produits et services

Les articles

Offres

Pourquoi les agriculteurs manifestent-ils contre l’écotaxe poids lourds ?

Prévue par le Grenelle de l'Environnement, l'écotaxe poids lourds a été maintes fois repoussée pour cause de dysfonctionnements. Elle entre finalement en vigueur à partir du 1er Janvier 2014. Le secteur agricole est l'un des plus opposés à sa mise en place, craignant une distorsion de concurrence.

 éleveur

Qu'est-ce que l'écotaxe poids lourds ? Qui va la payer ?

La taxe nationale sur les véhicules de transport de marchandises, appelée plus communément "écotaxe poids lourds", concerne les véhicules de plus de 3,5 tonnes qu'ils soient immatriculés en France ou pas, qui empruntent le réseau routier non concédé (ce qui exclut de facto les autoroutes à péage). Son taux varie de 0,025 € et 0,20 € par kilomètre en fonction des caractéristiques du véhicule (nombre d'essieux, poids autorisé, classe d'émission). L'objectif de cette taxe est d'inciter les entreprises à favoriser les circuits courts pour convoyer leurs marchandises, et à utiliser des modes de transport moins polluants (comme le fret).

 

Concrètement, chaque poids lourd doit être enregistré auprès de l'organisme en charge du dispositif, Ecomouv. Et reçoit un système GPS qui déclenche des portiques installés tout au long des routes nationales ou départementales au moment du passage des véhicules. 4100 points de tarification ont ainsi été mis en place tous les 4 kilomètres environ sur les tronçons concernés. L'écotaxe s'adresse exclusivement aux poids lourds transportant des marchandises, les véhicules de transport de personnes eux sont exonérés (bus des collectivités, camions de pompiers, cars de police, tracteurs, etc.). Par ailleurs, des abattements sont mis en place pour les régions les plus éloignées du marché européen. Soit un abattement de 50 % pour les routes de Bretagne, et un abattement de 30 % pour celles d'Aquitaine et de Midi-Pyrénées.

 

Si l'écotaxe est payée par les transporteurs, elle sera bien évidemment répercutée sur les chargeurs, c'est-à-dire les entreprises ayant besoin de faire transporter leurs marchandises. Toutefois, il est fort probable que les chargeurs répercutent à leur tour la taxe sur le client final, et donc sur les consommateurs français.

 

Les craintes des agriculteurs français vis-à-vis de l'écotaxe

Les plus vives protestations contre l'écotaxe viennent pour le moment du secteur agro-alimentaire. Les agriculteurs français craignent une distorsion de concurrence venue des pays européens limitrophes. En effet, les produits agricoles venant de l'étranger ne seront taxés qu'une seule fois en arrivant en France. En revanche, les produits agricoles français seront taxés à plusieurs reprises dans certaines situations. On peut prendre l'exemple des poulets d'élevage en guise d'illustration. Ils seront taxés une première fois lors du transfert vers le lieu d'élevage, puis une deuxième fois au moment de l'acheminement vers l’abattoir. Ils seront également taxés deux fois de plus durant leur transport vers les centres logistiques, et enfin pendant leur expédition vers les magasins d'alimentation ou les grandes surfaces.

 

Autrement dit, l'écotaxe poids lourds va favoriser fiscalement les produits étrangers au détriment des produits français, bien que l'intention de départ soit strictement inverse ! Puisque l'idée était d'encourager la consommation locale pour des raisons écologiques rappelons-le...

 

Les acteurs du monde agricole s'estiment par conséquent menacés par cette augmentation de leur coût de transport qui leur est imposée, d'où les récentes manifestations organisées par la FNSEA sur le territoire national. Peut-être ont-ils été entendus ? Le Ministre de l'Agriculture a annoncé lors d'un passage radio le mercredi 23 Octobre le maintien de l'écotaxe pour le 1er Janvier 2014, mais admet que des aménagements puissent être apportés dans un futur proche pour corriger "certains effets négatifs". Affaire à suivre donc.

Commencez votre demande de devis en Optimisation fiscale
Donnez votre avis sur cette actualité