Nouvelle Recherche :
Nous vous suggérons :

Produits et services

Les articles

Offres

Les défaillances d'entreprises en hausse de 7,5 % au troisième trimestre

Le nombre de redressements et de liquidations judiciaires a fait un bond de 7,5 % au troisième trimestre 2013 par rapport à la même période l'année dernière.

défaillance entreprise 

La faute à un mois de Juillet particulièrement douloureux

 

Les tribunaux de commerce ont prononcé 12 790 défaillances d'entreprises au cours du troisième trimestre 2013, un niveau record depuis 1993 pour cette période de l'année. En règle générale, c'est le 1er trimestre qui comptabilise les plus défaillances d'entreprises les plus nombreuses, juste après la clôture des comptes annuels. Le plus lourd tribut a été payé pendant un mois de Juillet très difficile, avec 5 400 entreprises déclarées en cessation de paiement. Les légères améliorations des mois d'Août et de Septembre n'ont pas permis d'inverser la tendance du trimestre. Le chiffre d'affaire cumulé de l'ensemble des sociétés concernées représente 4,7 milliards d'euros, associé à une perte nette de 200 millions d'euros.

 

Il y a eu également 350 procédures de sauvegarde enclenchées, soit moins de 3 % des procédures collectives. Pour rappel, la procédure de sauvegarde est un dispositif créé en 2006 qui est destiné aux entreprises qui ne sont pas en état de cessation de paiement pour l'instant, mais qui rencontrent des difficultés graves pouvant les y conduire à terme.

 

Un profil-type qui a beaucoup évolué ces dernières années

 

En tout, ce sont près de 45 000 défaillances d'entreprises qui ont été enregistrées sur les 9 premiers mois de l'année. A ce rythme, la barre des 60 000 défaillances devrait une fois encore être avoisinée en 2013, soit 10 000 de plus que ce qui était observé avant la crise économique qui dure désormais depuis plus de 5 ans.

 

On note cependant un changement des secteurs les plus affectés. Pendant la première phase de la crise, les défaillances concernaient surtout les entreprises du secteur industriel. Mais à l'heure actuelle, ce sont les entreprises de services tournées vers les particuliers qui souffrent le plus (restauration, habillement, bricolage). Le secteur de la construction continue de représenter le gros du panier avec 3 600 défaillances. La faute à un niveau de chômage élevé et à un pouvoir d'achat sérieusement écorné qui entraînent une panne de la consommation chez les ménages français. Les particuliers sont amenés à faire des choix douloureux, et coupent dans les dépenses non indispensables.

 

90 % des défaillances de ce trimestre concernent des TPE

 

Si la reprise économique est dite à portée de main, elle ne s'est toujours pas matérialisée sur le terrain pour les entreprises françaises. Notamment chez les petites entreprises, pour qui le retour de la croissance reste très théorique. Elles représentent la très grande majorité des sociétés en difficulté : 9 défaillances sur 10 sont concentrées dans les entreprises de moins de 10 salariés. Sur les 12 790 entreprises défaillantes, 10 800 comptaient jusqu'à 5 salariés maximum dans leur effectif.

 

Les entreprises les plus jeunes ayant moins de 3 ans d'existence constituent le quart des défaillances, suivies par la tranche des entreprises de 3 à 5 ans. Des chiffres peu étonnants, puisqu'une entreprise sur deux en France ne dépasse jamais le seuil des 5 ans...

Commencez votre demande de devis en Recouvrement amiable et judiciaire
Donnez votre avis sur cette actualité