Nouvelle Recherche :
Nous vous suggérons :

Produits et services

Les articles

Offres

Le monde des telecoms pense déjà à la 5G

Le projet de recherche européen METIS illustre la course qui a déjà commencé à l’échelle mondiale pour le développement de solutions 5G. L’Union Européenne entend investir massivement dans cette direction afin de regagner une place de choix sur le secteur de la téléphonie mobile.

5G

La 4G est à peine lancée, adoptée par encore très peu de consommateurs, mais déjà, on entend les acteurs du secteur des télécoms parler de la 5G.

Cela peut sembler étonnant, mais cet empressement est finalement bien à la mesure de l’enjeu : Sony Ericsson prévoit un volume d’échange de données de 10 exaoctets en 2019, soit 10 fois plus qu’aujourd’hui !

La course semble donc déjà entamée entre fabricants asiatiques et européens. Samsung communique déjà sur les premiers tests concluants en laboratoire. Quant à la Commission Européenne, elle a annoncé une première enveloppe de 50 millions d’euros pour soutenir les recherches sur la 5G menées par plusieurs industriels du Vieux Continent.

« Nous y mettrons l’argent qu’il faut », a déclaré Neelie Kroes, commissaire à l’agenda numérique, en précisant les ambitions de l’Union : être pionnier sur la 5G, créer des emplois et faire de l’Europe un leader de la téléphonie mobile.

Contributions multiples

Plusieurs projets de recherche européens sur la 5G ont déjà commencé. Le plus important d’entre eux, nommé METIS, reçoit pas moins de 16 millions d’euros de l’Union et porte sur la 4G+ et la 5G.

METIS profite de contributions nombreuses et variées : opérateurs (Orange, Telecom Italia, Deutsche Telekom, etc.), industriels (Alcatel-Lucent, Ericsson), universités ou encore instituts de recherche. Pour la première fois, on compte même des contributions étrangères, comme celle du chinois Huawei (qui prévoit d’investir 600 millions de dollars dans cette technologie d’ici 2018).

Logique finalement : METIS oriente son action vers la standardisation de la 5G à l’échelle mondiale. Cette volonté d’harmonisation illustre une volonté d’éviter les problèmes rencontrés par la 1G, 2G et 3G, qui ont vu plusieurs technologies concurrentes s’affronter.

Plusieurs années d’exploration, de pré-standardisation puis de standardisation précéderont les premières applications concrètes prévues pour 2020.

 

 

Commencez votre demande de devis en Opérateur Télécoms
Donnez votre avis sur cette actualité