Nouvelle Recherche :
Nous vous suggérons :

Produits et services

Les articles

Offres

Seuls 25 % des français se disent intéressés par la 4G

D'après un sondage Ipsos, les français paraissent peu conquis par le réseau mobile de nouvelle génération (4G) lancé cette année, et ne voient pas bien l'intérêt de cette technologie dans leur vie de tous les jours. Les raisons de cette frilosité s'expliquent aisément.

 Réseau 4G

Une technologie prometteuse qui suscite peu d'enthousiasme

Le nouveau réseau 4G, qui est mis en place progressivement par les opérateurs télécoms, va offrir aux particuliers comme aux entreprises des débits internet 5 à 10 fois supérieurs à ceux du réseau 3G. Pour la première fois, les débits sur le mobile seront équivalents à ceux d'une ligne fixe ADSL ! De quoi démocratiser enfin l'Internet mobile en France, qui est freiné par des vitesses de transfert bien trop faibles à l'heure actuelle. En tout cas, c'est l'idée.

Les principaux opérateurs (Orange, Bouygues et SFR) ont déjà annoncé leurs forfaits, et nourrissent de grands espoirs sur la 4G. Ils espèrent notamment rompre avec la guerre des coûts engagée depuis l'arrivée de Free sur le marché, en procédant à une hausse de leurs tarifs en échange de cette nette amélioration du service. Les principaux usages de l'Internet mobile concernent aussi bien la consultation des courriels, la messagerie instantanée que le visionnage de vidéos, des activités qui seraient largement facilitées et fluidifiées grâce au nouveau réseau.

Un récent sondage de l'Institut Ipsos commandité par l'opérateur de téléphonie mobile Prixtel risque cependant de doucher quelque peu cet optimisme. Il en ressort que :

  • Moins d'un 1 français sur 4 se dit intéressé par la 4G.
  • 1 français sur 5 refuse de payer plus cher que pour la 3G.
  • Environ 30 % estiment que la 4G ne correspond pas à leurs besoins.

Des résultats décevants qui ne peuvent être expliqués par un simple manque d'information du public, puisque 80 % des sondés âgés de 16 à 75 ans ont parfaitement compris qu'il s'agit avec la 4G d'accéder au très haut débit mobile...

 

Les raisons de ce manque d'intérêt sont bien connues

Si plus de 80 % des possesseurs de smartphones naviguent sur Internet avec le réseau 3G, les deux tiers surfent moins de 3 heures par semaine. Les usages des français sont donc peu adaptés avec les offres 4G, leurs pratiques courantes ne nécessitant pas réellement de débits supérieurs. Dit autrement, les français étant habitués à des connexions de piètre qualité n'ont pas développé de réel intérêt pour l'Internet mobile jusqu'ici. C'est justement ce qui devrait changer avec la 4G. Une hausse des débits s'étant toujours traduite par l'arrivée de services innovants dans le passé.

De plus, les opérateurs ont annoncé une augmentation des tarifs dans une période où les particuliers comme les entreprises cherchent à réduire leurs dépenses. Sans oublier que le parc actuel de téléphones mobiles n'est pas compatible avec le réseau 4G, ce qui implique de renouveler son appareil à terme. A peine une trentaine de smartphones vendus dans le commerce aujourd'hui peuvent être utilisés sur ce réseau. Et dans la majorité des cas, ce sont les modèles haut de gamme les plus onéreux. Enfin, le fait que la majeure partie du territoire ne soit pas encore couverte par le réseau 4G a sûrement beaucoup à voir avec ce scepticisme. Dans un premier temps, seuls les habitants des grandes métropoles vont pouvoir en bénéficier.

Toutefois, il faut relativiser la frilosité de l'opinion qui est toujours un peu méfiante vis-à-vis des nouvelles technologies. N'oublions pas que les français manifestaient il y a peu le même désintérêt pour les tablettes tactiles, alors que plus de 5 millions de foyers en sont désormais équipés ! Pour tenter de renverser la tendance et de convaincre convaincre les usagers que la 4G justifie le coût du changement de smartphone et la hausse du prix des forfaits, certains opérateurs proposent d'ailleurs des tests gratuits pendant plusieurs semaines.

 

Commencez votre demande de devis en Opérateur Télécoms
Donnez votre avis sur cette actualité