Nouvelle Recherche :
Nous vous suggérons :

Produits et services

Les articles

Offres

Opérateurs télécoms européens: quelles protection contre l'espionnage ?

Les trois principaux services de courriers électroniques d'Allemagne ont noué un partenariat pour sécuriser les conversations de leurs abonnés, contre l'espionnage massif opéré par l'Agence Nationale de Sécurité américaine (la NSA). L'opérateur Deutsche Telekom a de son côté des ambitions bien plus larges encore en cherchant à mettre à l'abri la totalité du trafic internet allemand, voire européen.

espionnage industriel

Une surveillance massive des communications électroniques

Les révélations d'Edward Snowden dans les médias, concernant les programmes de surveillance à grande échelle mis en place par les États-Unis à la suite des attentats du 11 Septembre 2001, ont défrayé la chronique ces derniers mois. Cet ex-informaticien de la CIA et de la NSA a notamment dévoilé le programme PRISM géré par son ancien employeur qui permet au gouvernement américain de collecter des renseignements sur des individus ciblés à partir des fournisseurs de services électroniques. Et en particulier d'écouter leurs appels téléphoniques ou de recevoir une copie de leurs courriels. PRISM n'espionnerait toutefois que les citoyens américains d'après les informations rendues publiques jusqu'ici.

En revanche, deux autres programmes de surveillance concernent directement les ressortissants européens ainsi que les entreprises dans leurs activités quotidiennes :

- Le programme Xkeyscore lui aussi piloté par la NSA qui est capable de collecter de façon systématique l'ensemble des communications électroniques de n'importe quel internaute sur la planète intéressant les autorités américaines, et même de récupérer ses historiques de navigation.

- Le programme Tempora mis en place par le GCHQ (le service de renseignements électroniques du gouvernement britannique) en lien avec la NSA, dont le but est de stocker toutes les informations qui transitent par les réseaux de fibre optique reliant l'Europe aux États-Unis.

 

Que peuvent faire les opérateurs télécoms européens pour se protéger ?

Face à cette atteinte à la vie privée des citoyens et au risque élevé d'espionnage économique à l'encontre des entreprises européennes, certains opérateurs télécoms tentent de trouver des parades. Dans cette optique, l'opérateur historique allemand Deutsche Telekom a annoncé son intention de mettre en place un "bouclier numérique" sur l’infrastructure dont il a la charge. Il s'agirait concrètement de faire en sorte que les communications des habitants et des entreprises d'Allemagne ne transitent plus en dehors des frontières du pays, et de crypter automatiquement les données en circulation. Ce qui rendrait impossible, ou tout au moins beaucoup plus difficile, leur captation par des agences de renseignement étrangères.

Au départ, le projet de Deutsche Telekom était supposé se limiter aux emails en partenariat avec ses deux principaux concurrents (GMX et Web.de) sur le marché des courriers électroniques. Mais désormais, il est bel et bien question de protéger la totalité du trafic internet allemand, en menant une initiative conjointe avec l'ensemble des opérateurs télécoms du pays. Une conséquence directe de l'émotion suscitée chez l'opinion publique outre-Rhin lorsque le magazine Der Spiegel a dévoilé en Juin 2013 que les États-Unis interceptaient plus d'un demi-milliard de communications électroniques allemandes chaque mois !

Par ailleurs, Deutsche Telekom a également indiqué sa volonté d'étendre cette initiative aux 26 pays membres de l'Espace Schengen, sous réserve d'un accord global trouvé entre tous les acteurs. Le Royaume-Uni qui collabore avec la NSA dans le cadre du programme Tempora serait a priori écarté du dispositif...

 

Commencez votre demande de devis en Opérateur Télécoms
Donnez votre avis sur cette actualité