Nouvelle Recherche :
Nous vous suggérons :

Produits et services

Les articles

Offres

Inflation excessive des tarifs des soins dentaires

 

tarif dentiste   

Une étude publiée fin novembre met en évidence les tarifs excessifs et les dérives dans la pratique des soins dentaires en France. Ce sont les mutuelles qui payent le plus gros de ces frais tandis que l’assurance-maladie travaille à mieux encadrer les pratiques du secteur.

Il existe des « dérives inacceptables » dans les pratiques de nombreux dentistes. Voilà l’une des conclusions de l’étude menée par 60 millions de consommateurs, et basée sur l’analyse de 170 00 devis et des nombreuses données transmises par l’assurance-maladie.

Ces dérives seraient de deux types :

  • dépassement d’honoraires sur les actes de base, tout particulièrement à Paris
  • tendance à privilégier les actes financièrement les plus intéressants pour le dentiste

Partenaire de l’enquête, l’Observatoire citoyen des restes à charges en santé dénonce l’encadrement insuffisant de l’Assurance-Maladie. Cette dernière ne semble pas contester les résultats publiés. Elle avoue être consciente de la difficulté que rencontrent les patients pour évaluer la cohérence d’un devis et assure travailler sur le sujet.

De leur coté, l’Ordre des Chirurgiens Dentiste se défend justement en rappelant que personne ne fore personne à accepter n’importe quel prix. Tout en ne niant pas que des dérives puissent être le fait de certains praticiens peu scrupuleux…

Une bonne nouvelle tout de même : la concertation a déjà commencé. Déjà cet été, des négociations entre les différentes parties ont abouti, entres autres, à l’édition d’une grille précise de cotation des actes. Un tel document constituera une aide aussi précieuse pour les patients que pour les mutuelles.

Mutuelle indispensable pour des bonnes dents

En 2012, 10,5 milliards d’euros ont été dépensés en soins dentaires :

  • 26 % payés directement par les patients
  • 34 % remboursés par la sécurité sociale
  • 39 % pris en charge par les mutuelles

La plus grosse part de l’addition revient donc aux organismes de complémentaire santé. Il ne s’agit pas d’une grosse surprise, quand on sait qu’hormis les interventions dentaires basiques (détartrage…), les remboursements du régime général sont infimes (voire inexistants, pour les couronnes par exemple)

En moyenne, il reste 240 euros à la charge du patient pour la pose d’une couronne. Un budget qui explique pourquoi de nombreux Français renoncent à ce type de soins.

 

Commencez votre demande de devis en Mutuelle Obligatoire
Donnez votre avis sur cette actualité